Contrairement aux idées reçues, ce n’est pas Parmentier qui a inventé la pomme de terre, ce n’est même pas lui qui l’a ramené d’Amérique latine, sa terre d’origine.

C’est au XVIe siècle qu’elle est rapporté en Europe par les explorateurs du Nouveau Monde.

pdt_map
parmentier

Mais c’est lui, véritable génie d’inventivité et d’obstination qui a su reconnaître dans ce légume, qu’on l’a forcé à consommer lorsqu’il était fait prisonnier en Allemagne, les vertus de ce tubercule.


gravure_pain

Parmentier, l’aide apothicaire major de l’hôtel royal des Invalides propose dès son retour en France un pain fabriqué à base de pulpe de pomme de terre râpé et de farine de froment.


C’est un fiasco…

louisXVI

Louis XVI inquiété par les disettes répétées qui ravagent la France ne demande qu’à être convaincu par la pugnacité de Parmentier. Notre homme à force d’insistance obtient l’usage d’un champ inculte situé dans la plaine de Sablons à Paris et, en 1787 devant un public narquois il fait planter ses premiers plants de pommes de terre.

Parmentier, plutôt drôle et facétieux pousse même l’amour du jeu jusqu’à orner sa boutonnière d’une jolie fleur de pomme de terre. La reine l’imite et par coquetterie, en fait même décorer un de ses chapeaux.

Arrivées à maturité, les pommes de terres sont enfin servies à la table royale et une horde de courtisans, avide de plaire au souverain et à sa reine se délecte de la pomme de terre à laquelle ils avaient jusqu’alors tourné le dos.

parmentier_louisxvi

Mais ce n’est pas fini. Parmentier, sûr de ses résultats décide de faire garder son champ nuit et jour par la maréchaussée comme si des diamants y poussaient. L’effet escompté est obtenu voyous et brigands s’introduisent dans les champs de Parmentier pour en voler le produit.

La population apprend à découvrir ce légume, à ne plus s’en méfier et à en faire le fidèle compagnon de sa table.

On raconte même pour la petite histoire que les premières pommes frites furent conçues à Paris pendant la révolution sous le Pont Neuf où on les faisait frire dans l’huile. Les belges grands amoureux et consommateurs de frites contestent bien sûr l’authenticité de la petite histoire.

fin